>> Journal du teletravail - Travail a domicile | Actualité | Monde | « Bons Municipaux US » : Le grand choc obligataire du second semestre 2010

« Bons Municipaux US » : Le grand choc obligataire du second semestre 2010

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

- Extrait Recommandations GEAB N°46 (Juin 2010) -

« Bons Municipaux US » : Le grand choc obligataire du second semestre 2010
Le marché des bons municipaux US (les « Munis qui servent à financer les infrastructures locales de transport, de santé, d'éducation, d'assainissement, … est au bord de l'implosion du fait de l'incapacité croissante des collectivités locales US à faire face à leur endettement. C'est en fait un cas très « subprime » (ou très « grec ») à l'origine, puisque les informations sur la santé financière réelle des collectivités locales US sont très imparfaites et que les agences de notation ont crédité ces titres de notation tout-à-fait arbitraires et donc propres à toutes les déconvenues possibles pour ceux qui les possèdent. La crise est en effet en train de ruiner nombre de ces collectivités qui n'ont pas les moyens de lever beaucoup de taxes (quand elles y parviennent malgré l'opposition de leurs concitoyens). La fin du stimulus fédéral (1) et l'épuisement des possibilités de financement liées aux « Build America Bonds » (bénéficiant d'aides fédérales pour réduire leur coût), présagent d'un second semestre très dangereux pour ce marché financier du fait de la rechute de l'économie US (donc de l'aggravation du manque à gagner fiscal), de la nouvelle tendance internationale à l'austérité budgétaire et de la peur du surendettement public. Pour LEAP/E2020, nul doute qu'on va revoir prochainement en une des médias financiers les assureurs « monolignes » comme Ambac qui est spécialisé dans les « Munis ». Dès Novembre 2007, notre équipe avait été une des premières au niveau international (GEAB N°19 ) à indiquer les problèmes à venir d'Ambac et de MBIA et autres assureurs monolignes qui étaient aussi en première ligne sur les « subprimes » (2). Bon sang ne sachant mentir, on peut donc compter sur eux pour être en première ligne de la prochaine crise des « Munis ». L'importance de ce marché financier implique qu'une telle crise sera aussi destructive au niveau international que celle des « subprimes ». Ceci dit, un assureur averti en valant deux, comme le dit le proverbe, il faut noter que la proportion de bons municipaux US assurés est passé de 60% en moyenne depuis une quinzaine d'années à 8,5% en 2009 : ce qui en dit long sur l'état des assureurs et probablement sur le degré de risques des « Munis » eux-mêmes (3). En résumé, fuyez le marché des bons municipaux US … et attendez-vous à une nouvelle explosion financière dévastatrice aux Etats-Unis. Elle entraînera une grande partie des banques et des fonds de pension US dans la débâcle.

« Bons Municipaux US » : Le grand choc obligataire du second semestre 2010
-----------
Notes:

(1) Les Etats américains ont un déficit fiscal cumulé qui atteint près de 130 Milliards USD pour l'année fiscale qui commence au 01/07/2010. La fin du stimulus va les obliger à réduire toujours plus leurs dépenses et à recourir à des expédients de plus en plus risqués pour assurer la continuité de leurs activités. Le remboursement de leurs dettes aux conditions prévues dans la période faste des années 2000/2006 risque de passer très loin derrière d'autres priorités plus rentables électoralement. Et de toute façon, au vu de la faiblesse des émissions actuelles, ils n'envisagent même pas de se refinancer, ce qui va rapidement poser problème. Source : Bloomberg, 13/06/2010

(2) C'était même le 3° facteur sur les quatre mentionnés dans le GEAB N°19 comme conduisant au « trou noir » de la crise financière US … qui se concrétisa moins d'un an plus tard en Septembre 2008.

(3) Source : GoldmanSachs, 02/2010

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg


Comparateur mutuelle santé, prévoyance

Devis mutuelle santé 100% gratuit et sans engagement.
Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties et les niveaux de remboursements des meilleures mutuelles santé du marché et économiser jusqu'à 300 euros par an.