Orientation post-bac : trois repères pour faire le bon choix

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Vous ne savez pas encore quoi faire, ou vous angoissez à l'idée de vous tromper d'orientation. Pour ne pas faire fausse route, suivez nos trois étapes : une démarche méthodique pour choisir ses études en vue d'un projet professionnel.

1/ Cherchez ce qui vous motive
Orientation post-bac : trois repères pour faire le bon choix
C'est l'étape numéro 1, peut-être la plus difficile pour ceux qui n'ont "aucune idée". Pour faire démarrer votre moteur, il faut une petite étincelle, un zeste de passion, un minimum de goût. Pour le trouver, il y plusieurs démarches possibles :

La démarche "métiers". Depuis toujours, vous voulez être mécanicien, ingénieur, institutrice. Ou vous avez découvert récemment une profession qui vous tente. Dans ce cas, il faut vous informer rigoureusement sur la réalité de ce métier : en quoi consiste-t-il, quels sont les conditions de travail, les + et les -, et quelles sont les qualités à avoir. Enfin, quelle est la formation nécessaire ?

  • Si après cette enquête, tout est OK pour vous, passez à l'étape 2 et 3. Sinon, essayez les deux autres démarches de recherche de motivation. Dites-vous que de toute façon, une foule de métiers vous est inconnue.

  • N'oubliez pas pas non plus qu'il n'y a pas qu'un seul métier "fait pour vous" contrairement à ce que prétendent les couvertures de certains magazines. Si plusieurs professions vous tentent, passez au point 2 et comparez-les sous l'angle des débouchés, puis des études (point 3)

La démarche "univers". Vous vous intéressez spécialement à un ou plusieurs univers de connaissance : les animaux, l'aéronautique, la construction des grands ouvrages d'art, la mode, le monde du cheval, l'informatique, les jeux vidéo, le théâtre, la mécanique, etc. Cherchez vous-même en pensant à vos magazines favoris, à vos hobbies. Maintenant, demandez-vous si vous aimeriez travailler dans un de ces domaines. Renseignez-vous sur ses métiers et ses grandes filières de formation.

  • Il n'est pas toujours possible ni nécessaire de se fixer sur un métier. Mais demandez-vous tout de même par quelle voie vous aimeriez rentrer dans ce secteur. Par exemple, si vous êtes accro des jeux vidéo, aimeriez-vous y entrer par la porte de l'informatique, celle du design ou du commercial ?

  • Envisagez plusieurs secteurs et comparez leurs débouchés et leurs perspectives en terme d'emploi en passant au point 2.

La démarche "activités" Vous n'avez pas d'idée de métiers ni de secteurs ? Réfléchissez aux activités dans lesquelles vous êtes à l'aise : animer des soirées, bricoler ou travailler de vos mains, rencontrer des personnes nouvelles et entrer rapidement en contact, organiser des voyages ou des loisirs pour un groupe d'amis, revendre vos vieilleries et négocier les objets qui vous font envie, créer une déco à partir de rien, faire des exposés devant les autres, écrire, écouter et consoler ceux qui sont en difficulté, faire des activités minutieuses, parler en public, bouger et passer rapidement d'une action à l'autre, etc.

  • Eventuellement, demandez à vos parents ou vos amis proches de vous aider. Puis cherchez dans quels secteurs ou quel genre de profession on apprécie ces qualités.

  • Là encore, ne vous fixez pas sur une idée, mais envisagez-en plusieurs et passez au point 2 et 3.

  • Dans ces trois démarches, vous remarquez qu'il ne s'agit pas de partir de votre série de bac, mais d'abord de vous : qui êtes-vous et qu'aimez-vous ? Il sera temps de votre filière à l'étape n°3.

Il est indispensable d'avoir ainsi éveillé votre motivation avant de passer aux étapes suivantes.

A lire pour vous aider dans cette étape 1 :
Quelles sont vos motivations ?

2/ Vérifiez les débouchés
Orientation post-bac : trois repères pour faire le bon choix
Il est fondamental de s'informer sur les perspectives des métiers ou des secteurs qui vous intéresseraient.

Dirigez-vous en priorité vers un secteur qui offre globalement de bons débouchés. C'est le cas des carrières scientifiques et techniques, de l'industrie, des métiers du social : vous pourrez y trouver une insertion professionnelle rapide et correspondant à votre niveau de formation. Les métiers de la gestion en entreprise au sens large (comptabilité, marketing, commerce, finances...) offrent aussi de larges possibilités.

  • Méfiez-vous des filières artistiques et culturelles (musique, arts appliqués, décoration, animation culturelle, théâtre, cinéma) qui, au contraire, offrent très peu de véritables emplois et sont encombrées de candidats. Ne vous fiez jamais aux promesses des écoles privées en la matière. De même, attention aux formations universitaires en sciences humaines (histoire, sociologie, psycho, anglais...) peu professionnalisantes...
, et aux écoles de communication et de journalisme.

  • Pensez aux métiers "de niche", parfois très recherchés par les employeurs, qui peuvent vous offrir un démarrage et une évolution turbo parce qu'ils appartiennent à un secteur en expansion ou qui peine à recruter : les ascensoristes, les techniciens et ingénieurs du nucléaire, les métiers de bouche, la marine marchande, les métiers du service à la personne, les pros de l'Internet, les fleuristes, les cadres des réseaux de transport en commun...

  • Si le secteur qui vous passionne n'offre pas de bons débouchés, ne faites pas l'autruche (Tant pis, on verra bien), mais cherchez à réorienter votre projet soit vers un domaine proche plus porteur pour l'emploi, soit vers un métier plus courant qui utilisera votre talent : exemple, si vous êtes créatif, plutôt qu'une école d'art et de publicité, explorez les métiers du marketing, du packaging (emballage), l'industrie du jeu vidéo, les métiers de l'Internet, etc.

A lire pour vous aider :
notre rubrique sur les métiers qui recrutent
Faut-il choisir un métier passion ?

3/ Trouvez les études qu'il vous faut : celles que vous allez réussir
Orientation post-bac : trois repères pour faire le bon choix
Les études qu'il vous faut ce sont celles qui vous forment aux métiers ou secteur qui vous intéressent (étape 1), qui vous offrent de bons débouchés (étape 2), et qui ne vous mettent pas en échec mais vous permettent de réussir : c'est l'objectif de cette étape 3.

Choisissez donc des études qui correspondent à votre profil d'élève ou d'étudiant : êtes-vous consciencieux ou plutôt "cool", autonome ou qui a besoin d'être encadré, gros travailleur ou très petit bosseur, stimulé ou découragé par la difficulté, attiré par le travail intellectuel solitaire, ou stimulé par le travail d'équipe ?

  • En BTS, vous serez bien encadré dans un cadre assez scolaire (lycée), de même en DUT mais dans un cadre plus universitaire. En classes prépas, vous devrez fournir un travail intense et régulier et ne pas vous décourager... En fac, vous risquez d'être peu encadré (malgré l'institution de tuteurs), et vous devrez fournir un travail de longue haleine.

  • Si vous avez hâte de côtoyer le monde professionnel, choisissez des études qui proposent des stages nombreux ou de l'alternance : BTS, DUT ou écoles d'ingénieur en apprentissage, etc.

  • Si votre objectif professionnel est encore flou, choisissez un parcours par étapes qui permet de préciser ses choix progressivement : exemple un DUT industriel qui permet de poursuivre ses études soit en licence professionnelle (dans de nombreux domaines), soit en école d'ingénieurs ; ou une école de commerce qui vous octroie un BTS au bout de deux ans et vous permet de poursuivre en master si vous le voulez, etc.

  • Demandez-vous si vous voulez faire des études courtes ou longues en fonction de votre projet de vie personnelle : quand voulez-vous être autonome financièrement, ne plus être étudiant et entrer dans la vie active ? Dans 1 an, 2 ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans, 7 ans ?

  • Si vous envisagez les études en fac, soumettez votre dossier à la procédure d'orientation active en février : on vous donnera un avis sur vos chances de réussite. Tenez-en compte absolument car la fac est l'endroit où il y a le plus d'échecs. On y entre facilement car sans sélection, mais c'est là qu'on échoue le plus.

  • Tenez compte de votre filière de bac, non pour vous enfermer dans un secteur, mais pour évaluer vos chances de réussite : votre spécialité de bac vous a-t-elle bien préparé aux études envisagées ? Sachez que les bacs pro et techno échouent davantage en fac que les bacs généraux. Avec un bac STG par exemple, vos risques d'échec en fac de droit sont très élevés, mais vous pouvez envisagez un DUT Carrières juridiques.

  • Tenez compte de vos notes mais seulement à la fin de toutes les étapes précédentes de décision. Ne choisissez pas une classe prépa uniquement parce que vous êtes bon élève, mais commencez par explorer le type de carrières, puis de grandes écoles qui vous intéresseraient. Projetez-vous dans 10 ans, et demandez-vous ce que vous aimeriez le plus faire.
    A l'inverse, soyez réaliste, si vous avez une nette faiblesse dans une discipline, n'allez pas à l'échec en choisissant des études centrées là-dessus. Exemple, si vous êtes moyen ou faible en matières scientifiques, même avec un bac S, vous aurez beaucoup de mal à franchir la barre de la première année de médecine...

  • Si vous avez bien évalué vos chances de réussite en amont, vous avez toutes les chances d'être admis dans les filières sélectives auxquelles vous postulerez en terminale (sur www.admission-postbac.org). Si jamais vous n'êtes pris dans aucune filière sélective (prépa, IUT, BTS, écoles d'ingénieurs...), ne négligez pas les places vacantes qui peuvent être proposées dans la phase complémentaire l'été dans des formations qui offrent souvent d'excellents débouchés mais sont peu connues ou n'ont pas la cote auprès des jeuens (par exemple des DUT industriels).


En résumé, faites un choix personnel dans un domaine qui vous plaît (étape 1), mais soyez réaliste en choisissant les études que vous avez les moyens de réussir (3) et qui vous ouvriront un avenir professionnel (2). Si vous validez ces trois points avant de vous orienter, vous êtes sûr(e) de ne pas vous perdre.

A lire pour vous aider :
Faire des études courtes ou des études longues ?
Suis-je fait pour la prépa ?
Fac : les grandes difficultés à affronter

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg


Comparateur mutuelle santé prévoyance

Devis mutuelle santé 100% gratuit et sans engagement.
Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties et les niveaux de remboursements des meilleures mutuelles santé du marché et économiser jusqu'à 300 euros par an.