La Dianétique : la thèse originelle

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

"LE BUT DU MENTAL EST DE RÉSOUDRE LES PROBLÈMES RELATIFS À LA SURVIE.

La réussite ultime de l'organisme, de son espèce ou de la vie aurait, pour limite extrême et inimaginable, l'immortalité. L'échec ultime quant à l'obéissance à la loi "Survis !" serait la mort. Entre la survie éternelle et la mort, on trouve d'innombrables échelons. Au milieu d'une telle échelle se trouverait l'existence pure et simple, sans espoir de grand succès ni crainte d'échec. Au-dessous de ce point, par étapes, on trouverait d'innombrables petites erreurs, de petits accidents et de petites pertes, chacun d'eux tendant à diminuer les chances d'atteindre le but suprême. Au-dessus de ce point, on trouverait les petits succès, les petites reconnaissances et les petits triomphes qui permettraient d'approcher ce but visé.

Comme axiome, on peut dire du mental qu'il agit en obéissant à un ordre fondamental central "Survis !" pour diriger ou conduire l'organisme dans ses efforts pour atteindre le but suprême de l'individu, de l'espèce ou de la vie et pour éviter à l'individu, à l'espèce ou à la vie d'essuyer tout échec qui les conduirait à la défaite ultime. Cela nous amène à énoncer l'axiome suivant :

LE MENTAL DIRIGE L'ORGANISME, L'ESPÈCE, SES SYMBIOTES1
OU LA VIE DANS L'EFFORT DE SURVIE.

L'étude du domaine de l'évolution montre que la survie a été, est et sera le critère unique pour un organisme, que cet organisme soit considéré dans le cadre d'une activité quotidienne ou dans celui de la vie de l'espèce. On ne trouvera aucune activité de l'organisme en dehors du contexte de la survie ; en effet, l'organisme agit dans son environnement d'après les informations reçues ou retenues, et l'erreur ou l'échec ne modifie pas le fait que son impulsion fondamentale est motivée par la survie.

On peut donc formuler un autre axiome de la façon suivante :

LE MENTAL, EN TANT QUE SYSTÈME CENTRAL DE DIRECTION DU CORPS, POSE, PERÇOIT ET RÉSOUT LES PROBLÈMES DE LA SURVIE ET RÉUSSIT OU NON À DIRIGER L'EXÉCUTION DE LEUR SOLUTION.

Comme il y a beaucoup d'organismes dans une même espèce, chacun cherchant à parvenir à la même fin, comme il y a beaucoup d'espèces et comme la matière elle-même tente de survivre sous une forme unitaire quelconque, il y a nécessairement conflit et compétition entre les individus de l'espèce, avec d'autres espèces ou entre les unités de matière. Les espèces ne peuvent survivre sans s'intéresser avant tout aux espèces. La sélection naturelle et d'autres causes ont établi ce qui suit comme première règle de survie : l'unité reste en vie aussi longtemps que possible en tant qu'unité et, par association et reproduction, l'espèce reste en vie en tant qu'espèce. À un niveau inférieur se trouve l'intérêt que l'unité ou l'espèce porte à ses symbiotes. À un niveau encore inférieur se trouve l'intérêt qu'elle porte à la matière inanimée. Comme c'est là apparemment la solution la plus efficace, la sélection naturelle préserve le mieux les espèces qui obéissent à cette règle pratique et les symbiotes de ces espèces victorieuses ont davantage de chances de survivre.

L’Homme est actuellement l'organisme existant qui réussit le mieux, du moins sur cette planète. L'Homme est actuellement en train de remporter l'élection perpétuelle de cet univers qui permettra peut-être de désigner le penseur de la Nouvelle pensée.

L'Homme est l'héritier de l'expérience et de la nature de ses ancêtres. Comme le conservatisme cellulaire est l'un des facteurs de survie, son mental est fondamentalement le même que celui qui a servi à gérer et résoudre les problèmes des animaux qui l'ont précédé. À travers l'évolution et la sélection naturelle, ce même mental a acquis la priorité absolue dans les cas d'urgence. Se superposant à ce mental animal, un analyseur extrêmement complexe s'est développé, qui se situe probablement dans les lobes frontaux.

Cet ordre, "Survis !", est variable selon les individus et les espèces, en ce sens qu'il peut être fort ou faible. Sa force supérieure chez un individu ou une espèce est normalement un facteur de survie, mais qui se manifeste de manières diverses. Le trait principal de la personnalité est la force fondamentale de la pulsion dynamique2 de vie.

La dynamique3 est variable d'un individu à l'autre et d'une race à l'autre. Elle varie selon la physiologie, l'environnement et l'expérience. Sa manifestation dans le mental animal affecte la ténacité de l'individu par rapport à la vie ou à un but, et elle affecte l'activité de l'analyseur. La première caractéristique à considérer chez l'individu est la force fondamentale de sa dynamique. D'où l'axiome..."

Ron Hubbard



Définitions :

1. La définition de symbiote en Dianétique s'étend au-delà de celle qu'en donne le dictionnaire : "chacun des êtres dissemblables associés pour vivre ensemble", pour devenir : "Toutes les formes vivantes ou les formes d'énergie qui dépendent l'une de l'autre pour survivre. L'atome dépend de l'univers, l'univers de l'atome."

2. Dynamique (adj.) : du grec dunamikos, puissant. D'où force qui motive et donne de l'énergie (dans l'existence).

3. Dynamique (n.) : la poussée dynamique dans le temps et dans l'espace d'un individu, d'une espèce ou d'une unité de matière ou d'énergie. Définie spécialement, pour les besoins de la Dianétique, comme étant : Survis.

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg


Comparateur mutuelle santé, prévoyance

Devis mutuelle santé 100% gratuit et sans engagement.
Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties et les niveaux de remboursements des meilleures mutuelles santé du marché et économiser jusqu'à 300 euros par an.